La souffrance des restaurants et des cafés préférés des étudiants du Vieux

Le retour en présentiel des cégépiens n’est pas seulement attendu de ces derniers, il l’est aussi des commerces aux alentours du Cégep du Vieux Montréal qui attendent que leur jeune clientèle revienne les sauver d’une potentielle fermeture. Ce temps passé en distanciel représente un an de diminution importante des ventes pour les restaurants et les cafés entourant le Cégep.

« On fait à peine 12% des ventes. »

Guylaine Duchesne, propriétaire du Végo sur St-Denis

Le Resto Végo, un buffet végétarien offrant des options sans gluten et un rabais pour les étudiants, a vu ses revenus baisser comme jamais auparavant. La propriétaire, Guylaine Duchesne, partage une donnée troublante selon laquelle le restaurant fait à peine 12% des ventes habituelles depuis le début de la crise. Le commerce, dépendant des étudiants du Vieux et de l’UQÀM, a vu une légère augmentation dans les dernières semaines grâce au retour progressif en classe, sans toutefois décerner la médaille d’or à l’optimisme. En effet, sans de potentielles aides gouvernementales, madame Duchesne craint de ne pas pouvoir rembourser ses dettes si la situation persiste encore une année.

C’est avec un soupir de désespoir qu’un employé du Frites Alors! sur St-Denis nous affirme que la baisse des ventes depuis mars 2020 est considérable et maintenue. Les fameuses frites belges refroidissent dû à l’absence des étudiants qui trouvent habituellement un bon repas abordable dans cette friterie de renommée. Pas très loin de celle-ci, le Copper Branch souffre aussi de la pandémie. Ce n’est pas par hasard que les étudiants du Vieux sont réputés pour leur véganisme! Le restaurant végan attire donc ces jeunes souciés par les problématiques éthiques et environnementales : le propriétaire nous partage que les étudiants du Vieux constituent environ 75% de sa clientèle et que ce n’est que depuis la réouverture progressive des salles de classe, permise par le gouvernement québécois, qu’une augmentation de 5 à 10% de clients a été observée pour la première fois depuis des mois.

Toujours sur St-Denis, la Panthère Verte, une autre option végane attrayante aux étudiants, est temporairement fermée à cause de la perte de dynamisme du Quartier des Spectacles qui, évidemment, n’offre plus de spectacles. Un manque de personnel et la disparition des étudiants n’aident certainement pas et le propriétaire planifie attendre jusqu’à la mi-mai pour rouvrir.

«  n ne fait pas le tiers de ce qu’on faisait en 2019. »

gérante du Café Saint-Henri

Les cafés souffrent tout autant que les restaurants de l’éloignement forcé des étudiants. Les jeunes du Cégep, de l’UQÀM ainsi que les employés de la BAnQ constituent la clientèle du café Saint-Henri, situé à proximité de ces lieux. Il va sans dire qu’en plus de l’emplacement peu idéal du commerce, sans lumière entrante et caché dans la petite rue Émery, les affaires ne rayonnent pas plus depuis l’année dernière. Toutefois, la gérante est optimiste face à l’avenir et assure que les plans du nouveau propriétaire ne suggèrent pas l’abandon de cette filiale.

Le gérant du Second Cup se trouvant à la sortie du métro Berri-UQÀM indique que 80% de la clientèle pré-COVID est composé d’étudiants, mais que même avec la baisse significative des ventes, il ne s’inquiète pas pour l’avenir de la succursale, comme quoi les chaînes ont de bien meilleures chances de survie que leurs voisins indépenants.

%d blogueurs aiment cette page :